//
vous lisez...
Architecture, Conférences, explorations archéologiques, Guerre, Morelos

Prospection à Cerro El Jumil, Morelos

L’INAH a publié un résumé d’une des conférences présentées lors du VIe Colloque International d’Archéologie intitulé Guerras y fortalezas. La guerra en el México antiguo. Ce dernier a eu lieu au Templo Mayor la semaine dernière.

Les archéologues Mauricio Gálvez, Roberto Israel Fuentes y Omar García ont ainsi pu présenter au public l’anvancée de leurs recherches sur un rempart situé sur le Cerro El Jumil, à deux kilomètres du site épiclassique de Xochicalco, dans l’état de Morelos.

Cette muraille mesure 500 m de long tandis que sa hauteur oscille entre 5 et 15 m. Faite de pierre calcaire et datée de la même époque que Xochicalco, elle protégeait une cinquantaine de construction et un terrain de jeu de balle. Elle est composée de deux murs, le premier en calcaire servait de soutien interne au second. En 1978, l’archéologue américain Kenneth G. Hirth avait déjà effectué une série de fouilles de surface pour reconnaître le terrain. Puis en 1987, une équipe de l’INAH avait reconnu une seconde la zone et établi la présence d’une cinquantaine de constructions.

Cette fois, l’équipe d’archéologues a établi une zone de protection de 15 ha qui sera progressivement fouillée systématiquement. Cette surface restreinte et la concentration des vestiges architecturaux font penser aux archéologues qu’il s’agissait probablement d’une forteresse. Au cours de leurs seconde saision de fouilles qui s’achève dans les prochaines semaines, Gálvez, Fuentes et García auront procédé à la consolidation de la muraille, effectué un relevé topographique et sondé différentes structures pour déterminer leur localisation, mesuré le terrain de jeu de balle (54 m de long sur 4 m de large).

Fuentes a expliqué que la moitié de la muraille se trouve à l’état de décombres, résultat des épreuves du temps et de la pente de la colline. Cependant les archéologues ont pu déterminer la longueur de la muraille grâce à l’alignement de pierres qui sont restées en place.

Pour plus plus d’informations, nous vous recommandons la lecture du bulletin de l’INAH, disponible également en format pdf.

Publicités

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :