//
vous lisez...
El Teul, Epiclassique, explorations archéologiques, Jeu de balle, Sacrifice humain, Zacatecas

El Teul continue de surprendre

L’ouverture du site archéologique d’El Teul, dans l’état de Zacatecas, se rapproche. Mais d’ici à 2012, les découvertes continuent de surprendre les spécialistes. Nous vous avions déjà présenté le projet El Teul il y a quelques mois, co-dirigé par l’archéologue Peter Jiménez Betts. Pour rappel, El Teul est un des rares sites mésoaméricains à avoir connu une occupation depuis le Préclassique récent jusqu’à la conquête espagnole. Elle porte alors le nom de Teulichan ou Tonanipan. Ce sont les Tlaxcaltèques, alliés de Cortés qui avaient même incendié le site, étant donné la farouche opposition faites par les Caxcains, qui l’occupait depuis 1350 environ.
Sachez que l’INAH rapporte la mise au jour d’une statue monumentale (1,97 m de haut quand même). De forme cylindrique (52 cm), elle a été taillée dans un bloc et pèse environ une tonne. Le lieu où cette statue a été déposée a lui aussi une signification sur laquelle nous reviendrons ultérieurement. C’est en effet au sud de l’aile est du terrain de jeu de balle que les archéologues l’ont patiemment déterrée. Elle est datée entre 900 et 1100 après Jésus-Christ.

Guerrier décapité, sculpture.
Epiclassique-Postclassique, El Teul, Zacatecas.
Photo : INAH, disponible le 12 novembre 2010 sur http://bit.ly/9RhIZd .

Quelques fragments d’une statue similaire avait été retrouvé sur la partie nord du même monticule peu de temps auparavant. L’équipe de Peter Jiménez Betts estime probable de retrouver leurs pendants sur l’aile ouest du terrain de jeu de balle : des fouilles de ce monticule sont prévues pour bientôt. La présence de représentations de guerriers décapitées n’est pas une nouveauté en soi, si on considère l’iconographie d’autres sites en Mésoamérique. Le cas le plus connu est sans conteste la cérémonie de décapitation visible plusieurs reliefs sculptés sur les tableros du Grand Terrain de jeu de balle de Chichen Itza au Yucatan.

Joueur de balle décapité, bas-reliefs,
Grand Terrain de jeu de balle, Chichen Itza, Yucatan.
Epiclassique.
Photo B. LOBJOIS, disponible le 12 novembre 2010 sur : http://bit.ly/d1jTv2 .

La sculpture retrouvée fait cependant partie d’un ensemble d’objets sur lequel le bulletin de l’INAH revient en détail. C’est la galerie de photos magnifiques qui donne une idée plus générale des fouilles entreprises sous les monticules du terrain de jeu de balle. J’ai particulièrement été frappé par les pendants d’oreilles ci-dessous.

L’auteur du bulletin de l’INAH explique qu’il serait de style teotihuacain. Cette affirmation mériterait de reposer sur une étude comparative documentée et claire. Même si les pièces sont dûment photographiées, leur relevé constituerait un plus pour établir ce parallèle avec l’iconographie teotihuacaine.

Clochettes en forme de tête de serpent, cuivre.
Postclassique ancien, El Teul, Zacatecas.
Photo INAH disponible le 12 novembre 2010 sur http://bit.ly/940iuG .

Il y a aussi ces petites clochettes en cuivre, en forme de tête de serpent. Ce type d’indumentaires est assez répandu en Mésoamérique, comme en témoigne les nombreux exemples de fonderie mixtèque et zapotèque. Dans le cas de ces deux clochettes, il n’est point question d’or mais de cuivre. Ce type d’objet a le mérite de nous informer sur les activités présentes sur le site d’El Teul.

Laura Solar présentant des récipients tripodes.
El Teul, Zacatecas.
Photo INAH disponible le 12 novembre 2010 sur http://bit.ly/94rJ1M .

La statue d’El Teul ne font donc que conforter un rituel en usage ailleurs en Mésoamérique. Le sang versé est sensé couler vers le centre du terrain, alimentant les dieux afin que l’équilibre cosmique puisse être conservé (Graulich, 2005). Sur le cliché précédent, Laura Solar, une des archéologues et co-responsable du projet, présente une série d’objets  en céramique parmi lesquels figurent différents récipients tripodes et un animal (cerf, chien ?).

Il est évident qu’El Teul aura beaucoup de choses à révéler avant son ouverture au public en 2012. Nous suivrons donc avec beaucoup d’intérêt l’évolution des fouilles et des découvertes qui y seront faites.

Bibliographie :
GONZALEZ TORRES, Yolotl. 1985 (réed. 2005). El sacrificio humano entre los mexicas. Fondo de Cultura Economica, Mexico.
GRAULICH, Michel. 2005. Le sacrifice humain chez les Aztèques. Fayard, Paris.

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :