//
vous lisez...
Archéologie mexicaine, Conférences, Expositions, Teotihuacan

Teotihuacan fête ses 100 ans d’ouverture au public

A l’occasion du centième anniversaire de l’ouverture de Teotihuacan au grand public, l’INAH s’est fendue d’une petite cérémonie organisée au musée du fameux site archéologique. Malheureusement le communiqué disponible sur le site de l’INAH contient des erreurs ou des omissions qu’il nous semble bon de corriger dans la deuxième partie de cette note.

Revenons dans un premier temps sur les personnalités invitées à la présentation d’une plaque commémorative sur la pyramide du soleil. Etaient président le directeur de l’INAH, Eduardo Matos Moctezuma, Ruben Cabrera Castro, Alejandro Sarabia, Sergio Gomez. On pourra regretter l’absence de Linda Manzanilla, Leonardo Lopez Lujan et de Saburo Sugiyama qui ont eux aussi contribué grandement à notre connaissance de ce site hors du commun. Accessoirement la crème des teotihuacanistes a inauguré une petite exposition photographique, Centenario. Museo de sitio de Teotihuacan, qui sera ouverte jusqu’à la fin de l’année. Visible au musée du site, le visiteur découvrira une vingtaine de clichés retraçant les principales découvertes faites au cour de ce siècle de fouilles teotihuacaines.

Gomez est en outre intervenu pour présenter le projet de micro-robot qui explorera le tunnel que ses équipes ont découvert il y a quelques semaines. Selon lui, il ne fait aucun doute que « la sacralité de cet espace a fait supposer que peut-être des dirigeants de la ville ont été enterrés là ». Il a ajouté que ce tunnel « représente une opportunité inégalable de nous rapprocher de la pensée cosmogonique et religieuse des anciens Teotihuacains. » Souhaitons que ces hypothèses audacieuses se concrétisent.

Il convient enfin de noter l’organisation d’une série de conférences au cours de laquelle interviendront différents spécialistes du site comme Alejandro Villalobos, Rubén Cabrera, Arturo Menchaca y Linda Manzanilla (récemment reçue docteur honoris causa à l’Universidad Nacional Autonoma de México, pour le centenaire de cette institution). Elles auront lieu du 30 septembre au 7 octobre 2010 et auront pour thème la Pyramide du Soleil que Batres fouilla et restaurera (à son goût) entre 1905 et 1910.

Néanmoins, ce bulletin de l’INAH laisse un goût amer. Tout autant que les festivités poposées à l’occasion. Commençons par le paradoxe introduit par le rédacteur de cette note. Dans le premier paragraphe, l’auteur explique qu’ « un siècle après que Leopoldo Batres a commencé les explorations systématiques de ce qui est aujourd’hui la zone archéologique de Teotihuacan… ». Cependant le même auteur conclue en rappelant que les explorations et la restauration de la Pyramide du Soleil ont débuté en 1905. Il y a donc un petit paradoxe temporel que n’aurait pas renié Doc Brown dans sa DeLorean volante.

Il est vrai que le rôle de Leopoldo Batres a été prépondérant, voir indispensable pour que notre connaissance de Teotihuacan s’améliore. Mais il aurait été juste de rappeler que c’est dès 1883 que le futur chef de l’Inspection des Monuments Historiques (équivalent du directeur de l’INAH actuel) avait réalisé différents travaux de fouilles, de restauration et de consolidation (critiquables quand on voit les méthodes et les matériaux utilisés alors). Et je ne parle même pas des explorations qui ont eu lieu avant les travaux systématiques de Batres, notamment celles de l’explosif Charnay.

Il aurait été également judicieux d’insister sur le caractère politique de l’ouverture de la zone archéologique de Teotihuacan en 1910. Le centenaire de l’Indépendance fut scrupuleusement planifié par le président Porfirio Diaz afin de légitimer son pouvoir mais également pour promouvoir une image positive du Mexique auprès des investisseurs étrangers. C’est d’ailleurs à ce même moment que fut inauguré le XVI Congrès International des Américanistes, dont le siège fut Teotihuacan. Cet événement donna une assise scientifique internationale du pays.

Nous vous proposons de télécharger gratuitement deux fichiers pdf correspondant aux deux principaux ouvrages de Batres sur ces travaux à Teotihuacan. Faites-vous une opinion.

Batres Leopoldo.
1906. Teotihuacan. Imprenta de F.S. Sora, Mexico. Version électronique disponible en format .pdf le 24 septembre 2010 sur : http://www.archive.org/details/teotihuacanmemor00batriala .

1908. Exploraciones y consolidacion de los monumentos arqueológicos de Teotihuacan. Imprenta de Buznego y Leon, Mexico. Version électronique disponible en format .odf le 24 septembre 2010 sur : http://www.archive.org/download/exploracionesyco00batriala/exploracionesyco00batriala.pd .

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :