//
vous lisez...
Chiapas, Classique, Epigraphie, Mayas, Tonina

Utilisation de nouvelles technologies pour l’épigraphie mayiste

Le site internet de l’INAH rapporte différentes études réalisées sur des textes hiéroglyphique de Tonina, au Chiapas. Selon l’archéologue Carlos Pallán Gayol, responsable du Acervo Jeroglífico e Iconográfico Maya (Ajimaya) de l’INAH, il y aurait plus de 15000 textes hiéroglyphiques portés à la connaissance des épigraphistes. Tonina est, après Copan au Salvador, le site archéologique mésoaméricain avec le plus grand nombre de textes connus.

Au total, ce sont 300 qui figurent autant sur des sculptures, des stèles ou encore des vaisselles. Cela indique l’importance de Tonina dans la région pendant le Classique. Pallán Gayol rappelle que les premières traces d’écriture maya remonte au Ve siècle avant notre ère. Cependant, face à l’érosion présentée par certaines pièces, l’oeil nu ne suffit pas toujours. C’est pour cette raison que l’utilisation du RTI (Reflection Transformation Imaging) permet de « détecter des traits difficile à détecter à première vue ».

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :