//
vous lisez...
Anthropologie physique, Archéologie mexicaine, Bonampak, Chiapas, Classique, explorations archéologiques, Peinture murale, Rites, Sacrifice humain

Découverte d’un enterrement à Bonampak, Chiapas

L’année 2010 ne pouvait pas mieux commencer. L’INAH annonce sur son site internet la découverte d’ossements sous la seconde pièce du Temple des Peintures à Bonampak, Chiapas. Du mobilier funéraire, constitué essentiellement de tessons de céramiques et d’ornements en jadéite, a été aussi retrouvé par une équipe d’archéologues dirigée par Alejandro Tovalín Ahumada.

Ossements et éléments en jadéite, Chambre 2, Bonampak, Chiapas.
Classique (vers 800 après Jésus Christ).
Photo retrouvée le 6 janvier 2010 sur http://dti.inah.gob.mx/images/stories/boletines/2010/Enero/07_enero/brazalete_jadeita_web.jpg

Les premières analyses ont permis en effet de dater l’individu de 1300 ans environ, c’est à dire l’époque Classique tardif. Les archéologues proposent deux théories quant à son identité : l’absence de glyphes sur le mobilier funéraire ne permet pas de l’identifier. Selon les informations communiquées par Tovalín Ahumada, les ossements ont été découverts dans une crypte funéraire de 2,2 mètres de long sur 70 cm de large et 75 de profondeur. Elle est surplombé d’une petite voûte stuquée en blanc haute de 35 cm.

Le crâne est manquant, sauf sa mâchoire inférieure. La présence d’un silex à proximité pourrait indiquer le statut de victime sacrificielle de l’individu. A la place de son crâne, on a retrouvé un vase en albâtre perforé. Mais l’existence de plus de 400 pièces de jadéite qui devaient faire partie d’un pectoral permet une autre hypothèse : il s’agirait d’un parent de Chan Muan II, qui a régné sur la cité entre 776 et 792 de notre ère.

Photo retrouvé le 9 janvier 2010 sur facebook à partir du site de l’INAH.

A ses pieds deux plats avaient été disposés. L’anthropologue physique Javier Montes a expliqué qu’il s’agissait d’un homme âgé entre 35 et 42 ans et ayant mesuré 1,70 m.

Selon Tovalin Ahumada, on ne peut exclure un parent de Chan Muan II, qui a régné sur la cité entre 776 et 792 de notre ère. Chaan Muan II aiurait fait couvrir cet endroit par le Temple des Peintures. Dans la deuxième pièce où se trouvait son trône, on aurait effectué un rituel d’offrandes. Des échantillons de charbons et d’ADN ont été prélevés afin d’affiner  la datation et les éventuels liens familiaux avec d’autres ossements retrouvés  lors de précédentes campagnes de fouilles. Chan Muan II appartenait à un lignage secondaire de Bonampak.

Bonampak est situé au coeur de la forêt lacandone, à une trentaine de kilomètres au sud de Yaxchilan. En 1946, deux archéologues américains, guidés par des Indiens Lacandons, purent mettre à la lumière du monde archéologique ce qui souvent considéré comme la Pompéi maya.

La dépêche a été reprise sur le site du quotidien El Universal.

Références.

Les peintures murales de Bonampak sont assez présentes sur la toile. Malheureusement, la majeure partie des informations à leur sujet est disponible en anglais ou espagnol.

Peintures murales de la structure 1, Bonampak, Maya, Classique.
In situ. Photo retrouvée le 7 janvier 2010 sur

Consultez donc le projet de l’université de Yale. Nous ajouterons d’ailleurs ce lien dans la liste des centre de recherches mais aussi dans les banques de données iconographiques.
On peut retrouver une galerie de photos sur le site de l’Université du Michigan mais l’accès semble restreint. Le site redescolar propose une galerie plus accessible mais réalisé à partir de photos scannées dans la revue National Geographic. L’Université de Tulane en Louisiane, propose également quelques clichés intéressants.

La revue Arqueología Mexicana s’est souvent faite l’écho des découvertes et des peintures murales de Bonampak si on en juge la liste suivante de numéros contenant un article à son sujet : 9: 69. 16: 48. 19: 73. 30: 50. 36: 73. 47: 36. 51: 12. 55: 44, 54. 93: 28.

On pourra lire également les deux ouvrages pour se faire une idée plus précise de Bonampak :

Ruppert, Karl, J. Eric S. Thompson and Tatiana Proskouriakoff. 
1955. Bonampak, Chiapas, Mexico, Pub. 602, Carnegie Institute of Washington, Washington.

Miller, Mary Ellen. 

1986. The murals of Bonampak. Princeton University Press, Princetown.
Mise à jour du 15 janvier 2010.
Via le blog d’Erik Boot, nous avons trouvé trace de clichés de l’agence Notimex publiés sur le site du quotidien en ligne La Crónica de Hoy, le 7 juillet dernier. 



 

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :