//
vous lisez...
codex, Colhuas, Ethnographie, Mayas, Mexicas, Michoacan, Mixtèques, Mots, Otomis, Purépéchas, Tenochtitlan, Teotihuacan, Tlaloc, Xipe Totec

Publication de Símbolos de poder en Mesoamérica (coord. Guilhem Olivier)

En fait l’ouvrage dont vous pouvez voir la couverture ci-dessous a été publié l’année dernière. Mais il n’est pas simple de le trouver. Aucune librairie de Monterrey ne l’avait dans ses références et mon ami William Murray a suffisamment été aimable pour me l’apporter directement de l’UNAM où il a été dignement fêté par les étudiants-chercheurs en art rupestre de l’ENAH et l’UNAM.

J’avais demandé par mail au coordinateur de l’ouvrage, Guilhem Olivier, comment se le procurer. Guilhem m’avait indiqué que l’UNAM allait prochainement mettre en place un système de vente par Internet pour faciliter l’accès aux ouvrages publiés par la plus grande université d’Amérique Latine. Guilhem est professeur et chercheur à l’Instituto de Investigaciones Históricas de l’UNAM (cf. le lien dans la section Centres de recherches). Sa thèse de doctorat a été présentée à l’Université du Mirail de Toulouse. Elle a pour titre Tezcatlipoca. Moqueries et metamorphoses d’un dieu aztèque. Elle a été ensuite publiée par le Musée de l’Homme à Paris en 1999 avant d’être traduite en anglais chez University Press of Colorado en 2003 puis en espagnol qu le FCE en 2004. Quand Michel Graulich était directeur de recherches à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris, Guilhem venait régulièrement proposer des conférences très pointues et très bien documentées sur différents thèmes d’ethnohistoire ou d’histoire des religions. Son prochain ouvrage aura pour thème le dieu Mixcoatl et sera publié prochainement. Il est l’auteur de très nombreux articles, notamment celui publié sur les paquets mortuaires publié dans le Journal de la Société des Américanistes ou encore cet autre sur les dieux des marchands, toujours dans la même revue spécialisée.

Dr Guilhem Olivier
Instituto de Investigaciones Históricas, UNAM

Voici une traduction de la petite notice de l’ouvrage disponible sur le site de l’UNAM en cliquant sur le titre de cette note :
« 27 chercheurs, spécialistes dans différentes disciplines (archéologie, anthropologie, histoire, linguistique…), réfléchissent sur le thème du pouvoir en Mésoamérique, notamment sur ses manifestations symboliques. Le lecteur trouvera des études qui prennent en compte les époques Classique, Postclassique, Colonial et les XIXe et XXe siècles. Dans l’espace, les travaux vont depuis la frontière sud de la Mésoamérique jusqu’aux états actuels du Sonora et du Sinaloa au nord, en passant par le Haut Plateau Central, la zone purépécha et la Côte du Golfe. Parmi les peuples qui défilent au large du livre apparaissent Nahuas, Mayas, Otomis, Purépéchas, Mixtèques, Huastèques, Tlapanèques, Pimas, Opates et d’autres encore.

Les axes de recherche de ces travaux ont été les concepts, les symboles et les rituels du pouvoir en Mésoamérique; les relations entre pouvoir et les personnalités qui l’ont exercé, et au final, les différents types de résistance au pouvoir ayant existé dans cette zone. Il ne fait aucun doute, qu’en plus de la manière innovante d’aborder les problèmes et les résultats obtenus, ces études alimenteront l’indispensable dialogue entre les différentes disciplines et ouvriront de nouvelles perspectives de réflexion pour de futures recherches. »

Il est vrai que parmi les chercheurs ayant participé à cette ouvrage, il y a quelques pointures européennes comme Michel Graulich, Jacques Galinier, Danièle Dehouve, Patrick Lesbre, Marc Thouvenot, AnneVié-Wohrer, José Contel, les Mexicains Eloise Quiñones Keber, Federico Navarrete et Linda Manzanilla. J’espère vous en proposer prochainement un résumé même si l’ouvrage est assez long.

Publicités

À propos de mexiqueancien

Etudiant-chercheur

Discussion

2 réflexions sur “Publication de Símbolos de poder en Mesoamérica (coord. Guilhem Olivier)

  1. Sais-tu comment je pourrais m’en procurer une copie?

    Publié par Citlalhuicatl | 8 mai 2009, 14 h 46 min
  2. Comme je l’écris au début, c’est loin d’être évident, ne serait-ce que à l’intérieur du pays.
    Il a fallu qu’un ami aille à l’UNAM pour dire de le trouver… Donc il faudrait que tu rentres en contact avec quelqu’un à Mexico qui puisse faire un tour à Historicas pour te l’acheter.

    Publié par Cacalotl | 8 mai 2009, 14 h 57 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :